samedi 22 avril 2017

Octave de Pâques


L’antique fête de Pâques nous rappelle la libération du peuple hébreu de l’esclavage.
O Mort où est ta victoire, o mort, où est ton aiguillon ? Pâques nous ouvre le passage vers un autre monde possible de paix et d’amour.
Nous tous, en ces temps de troubles, de désorientation, de perte de sens nous allons errant égarés dans un monde désespérant. Mais grâce à Pâques, le temps est venu : celui de la paix, qui prend sur ses épaules dans les déserts du monde, nos frères et nos sœurs opprimés, perdus dans les labyrinthes de la solitude, de l’exclusion. Pâques vient à notre rencontre à travers chaque homme.
Pâques nous aide dans nos travaux. Il prend en charge tous ceux qui sont victimes des anciens et des nouveaux esclavages : travaux inhumains, trafics, exploitations et discriminations. Il prend en charge les enfants et les adolescents qui sont privés de leur insouciance pour être exploités, et qui ont le cœur blessé par les violences subies à l’intérieur des murs de leur propre maison.
Pâques se fait compagnon de route de tous ceux qui sont contraints de laisser leur terre à cause de conflits armés, d’attaques terroristes, de famines, de régimes oppressifs. A ces migrants forcés, il fait rencontrer des frères sous tous les cieux, sur tous les continents, pour partager le pain et l’espérance.
Dans les histoires complexes et parfois dramatiques des peuples, que le jour de Pâques guide le pas de celui qui cherche la justice et la paix; et qu’il donne aux chefs des Nations le courage d’éviter l’expansion des conflits.
En ces temps, que Pâques soutienne les efforts de tous ceux qui s’emploient activement à apporter soulagement et réconfort à la population civile en Syrie, victime d’une guerre qui ne cesse pas de semer horreur et mort. Qu’il donne la paix à tout le Moyen Orient, en Irak et au Yemen, et aussi en Terre sainte où des milliers d’hommes prisonniers ont cessé de se nourrir pour réclamer leurs droits.
Que cette Octave de Pâques ne manque pas aux populations du monde entier, de tous les continents qui souffrent de conflits qui se perpétuent.
Que Pâques nous aide à construire des ponts de dialogue, en persévérant dans la lutte contre la plaie de la corruption et dans la recherche de solutions valables et pacifiques aux conflits.
François Baudin, Inspiré par la déclaration du pape François pour le jour de Pâques


vendredi 7 avril 2017

Escalade !

Certains endroits dans le monde, au cours de l’histoire, furent l’épicentre d’une complexité humaine en proie à ses démons de puissance. Des endroits où disparaissait l’oubli du sens commun qui dit à chacun de faire passer en premier l’Autre avant son propre égoïsme.
Avant la Première guerre mondiale, les Balkans furent le paradigme d’une situation inextricable où des nationalismes virulents, soutenus par des impérialismes, s’exprimaient par tous les moyens contre d’autres impérialismes qui voulaient maintenir sur les peuples de cette région leur domination et leur prévarication.

Actuellement, loin de l’Europe, la mer de Chine est un lieu de tous les dangers où croisent les marines de guerre les plus puissantes du monde équipées d’armes suffisantes pour détruire en quelques instants tout un continent. La mer de Chine est chaude des contradictions qu’elles renferme. Ses courants de guerre mènent vers le Japon, Taiwan, la Chine continentale, la Corée du Nord et du Sud, et les Etats-Unis. Pas un jour sans un incident.

Plus près de chez nous au Moyen-Orient, cette semaine un nouveau degré dans l’escalade de la violence a été franchie. Les bombes de gaz mortels lâchées par l’aviation de Bachar El- Assad sur sa population ont tué par dizaines des femmes et des enfants, des civils. Crimes de guerre. Ce que les nations avaient nommé il y a plusieurs années, la ligne rouge a été une fois de plus franchie par le dictateur.

Jusqu’où irons-nous avant que la mécanique de destruction mutuelle se déclenche ?

La guerre généralisée, aujourd’hui nous l’avons tous en tête. Elle est déjà là ou presque et rôde dans le monde. Chaque conflit localisé pourrait s’étendre au-delà de ses propres limites dans une sorte de solidarité de morts, dans un jeu d’alliance mettant le feu à de vastes ensembles.

En Syrie, un dictateur soutenu par des alliés proches se bat depuis des années contre deux types d’opposition, une première plus démocratique dirons-nous mais très faible et minoritaire, et une autre opposition plus puissante, fanatique et meurtrière, soutenue par d’autres dictatures locales. Ce conflit a déjà provoqué la mort de centaines de milliers d’individus et l’exode de plusieurs millions.
D’un côté on trouve comme allié de la Syrie l’Iran, et de l’autre côté la Turquie, l’Arabie saoudite, l’Egypte. Chacune de ces puissances régionales a ses propres alliés plus puissants, sur lesquels elles s’appuient pour mener les combats.
Les grandes puissances Etats unis, Europe et Russie se battent par adversaires interposés. La Russie est même présente et par son intervention directe elle a fortement contribué à rétablir le Président syrien dans ses œuvres. Les puissances occidentales sont déjà là, depuis de décennies, et interviennent directement.
Un nouveau pallier vient d’être franchi cette semaine dans ces lieux qui furent le berceau de notre monde. Les Etats-Unis viennent de bombarder une base aérienne en réponse au bombardement de gaz. L’escalade tant redoutée a-t-elle commencé ?

Espérons que non. Dans cette situation inextricable, la seule décision sage est d’arrêter immédiatement le conflit. Ce qui devrait être la tâche de l’ONU qui a été créée à l’issue de Seconde Guerre mondiale pour cela : prévenir les conflits. Mais l’ONU est littéralement paralysée, et cela dès sa création par le jeu des puissances dont l’unique objectif est de maintenir leur domination sur le monde. Exigeons le dépôt des armes, la négociation, exigeons que l’ONU joue enfin son rôle et qu’elle soit débarrassée de cet esprit de puissance qui ruine le monde.
François Baudin 

vendredi 31 mars 2017

Banque, crimes et illégalité


Cette semaine nous mettons l’accent sur trois informations relatives à l’activité bancaire, très vite oubliées car poussées par une autre information qui demain en chassera une suivante.

La semaine dernière, on découvre comme chaque année par le magazine Forbes, le palmarès des plus grandes fortunes du monde qui ont progressé de plus de 13 % en un an. Même en temps de crise les choses continuent d’aller bien pour quelques-uns. Le système fonctionne, merci ! Des fortunes astronomiques qui, pour les 40 premières, dépassent en France 245 milliards de dollars. De quoi résoudre une bonne partie de nos difficultés financières. Il s’agit d’un véritable hold-up fondé sur l’évasion fiscale, des montages financiers compliqués qui ne peuvent pas être réalisés sans la complicité des grandes banques. Tout va bien pour les plus riches d’entre nous.

Seconde information le 27 mars : nous apprenons grâce à l’ONG Oxfam ce que nous savions déjà mais sans éléments précis : les bénéfices des grandes banques françaises dans les paradis fiscaux représentent 25 milliards de dollars. Oxfam nous montre que ces banques réalisent 26 % de leurs bénéfices dans ces paradis alors qu’elles n’y ont que 7% de leurs employés. Parfois il est même des endroits du monde où une banque n’a aucun employé alors qu’elle y travaille intensément pour des bénéfices de quelques milliards.
Il s’agit de la Société Générale qui par exemple réalise en Irlande un bénéfice de 39 millions d’euros, 4 fois supérieur à son chiffre d’affaires. La banque fait plus de bénéfice que de chiffre d’affaires. Vous imaginez un boulanger qui lorsqu’il vous vend une baguette 1 euros en gagne 4. La BNP aux îles Caïman gagne beaucoup d’argent sans un seul employé. Dans ces activités à l’étranger on trouve toutes les grandes banques françaises.

Enfin dernière information, le lendemain mercredi 27 mars : on apprend que les banques françaises sont complices de la colonisation israélienne en Palestine. Plusieurs associations dont le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, et l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) publient un rapport sur l’activité bancaire dans les territoires palestiniens occupés et colonisés par Israël. BNP encore, Crédit Agricole, Société générale, toujours les mêmes, financent le développement de la colonisation par de multiples investissements alors que la plupart des grandes banques européennes y ont cessé leurs activités. La responsabilité du gouvernement français est directement engagée dans ces affaires illégales du point de vue du droit international et aussi humanitaire.

La semaine dernière dans notre chronique nous dénoncions les liaisons dangereuses entre le crime organisé, les trafics de drogues, les trafics humains et les grandes banques mondiales, aujourd’hui nous parlons de l’organisation systématique de détournements de sommes gigantesques dans les paradis fiscaux, et enfin hier la complicité avec la colonisation illégale en Israël. Tout cela rapporte des milliers de milliards au total. Tout cela permet au système globalisé de notre monde de bien fonctionner.

Pendant ce temps là, la campagne pour l’élection du futur président de la République bat son plein et continue son chemin chaotique et désespérant. On est sûr pourtant que quelque soit le résultat de ces élections, il faudra réduire le nombre de fonctionnaires dans notre pays, travailler plus pour gagner moins, augmenter la TVA, améliorer la compétitivité des grandes entreprises en diminuant leur contribution et leur charges, et éventuellement raccompagner les étrangers à la porte de notre pays, car source de toutes nos difficultés.

François Baudin


vendredi 24 mars 2017

Considérations sur Londres et les attentats

Le terrorisme islamique a encore une fois fait la Une des journaux télévisés européens cette semaine. Toutes les chaînes donnent à voir les mêmes images. Cette fois ci c’est à Londres, la fois d’avant c’était à Cologne ou Munich, on ne se souvient plus très bien, il y a un an exactement, à Bruxelles, quelque jours auparavant à Paris.
Chaque grande ville aura son attentat meurtrier et aveugle, tuant ceux qui passent là. Au mauvais moment, au mauvais endroit.
Sur les écrans, les télévisions délivrent à longueur de temps, tel un robinet d’eau tiède, des images répétitives sans intérêt aucun. En fait il n’y a rien à montrer, sauf un véhicule accidenté, celui de l’assassin qui avait comme armes un couteau et une voiture louée.
Des passants retenus par un cordon de police aux abords du lieu où le crime a été commis, attendent on ne sait quoi. Ce sont des curieux que le hasard a fait venir jusqu’ici qui s’agglutinent de manière aléatoire. Ca aurait pu être vous ou moi.
Quelques interviews de badauds pris au hasard sur un trottoir nous répètent qu’ils n’ont pas peur face à la menace, qu’ils continueront de vivre comme avant. Nous sommes des êtres courageux que la mort ne peut effrayer.
On pense soudain à la Seconde Guerre mondiale, aux bombardements terribles sur Londres en 1940, aux milliers de morts, aux immeubles en miettes. On pense à Churchill. Non, non, nous ne vivons pas ça.
Par contre au Yémen sous les bombes de la coalition, oui il y a bien des milliers de morts, en Syrie, en Irak. Nous pensons à la terrible bataille de Mossoul qui tous les jours fait disparaître des milliers de civils, femmes et enfants, nous pensons aux centaines de milliers de réfugiés qu’on retrouvera peut-être bientôt dans nos régions. Ont-ils du courage là bas ? La question ne se pose même pas.
Un politicien nous dit que nos valeurs seront défendues jusqu’au bout. Celle de la démocratie, le la liberté. Notre manière de vivre.
Le journaliste à qui l’antenne a été donnée en direct pour des dizaines et des dizaines de minutes devant un Parlement britannique qui reste muet (les pierres ne sauraient parler), tente tant bien que mal d’occuper le temps, de faire durer, de meubler. Le journaliste n’a rien à dire.
Un sentiment de déjà vu s’empare du téléspectateur. Les mêmes images à Boston il y a plusieurs années, sur la Place de la République à Paris, à Bruxelles, etc.
Tout cela va durer des heures, jusqu’au prochain attentat. Car il aura lieu cet attentat, on ne sait où, ni quand, ni combien de victimes il fera.
Alors il est impératif de réfléchir, il est urgent de comprendre, d’analyser. Pourquoi des individus développent-ils une telle haine contre l’Occident ? Pourquoi cette envie de tuer, de mourir aussi, car chaque  attentat mène celui qui le commet à une mort certaine. Pourquoi ces meurtriers s’emparent-t-il d’une religion qu’ils instrumentalisent ?
Et puis une seconde série de questions : ces crimes représentent-ils un danger véritable pour nos démocraties ? Ou à l’inverse, ces crimes commis dans les rues de nos villes au nom d’une religion mal comprise ne se sont-ils pas en définitive une dernière occasion pour unir une population européenne qui souffre et se divise. Il nous faut un ennemi contre qui on peut se rassembler. Le mécanisme est bien connu depuis la nuit des temps.

Soudain sur l’écran de télévision, l’image s’ouvre sur une perspective plus lointaine : les immeubles de la City de Londres au loin, ils sont les gardiens du lieu. Ils veillent sur nous. Dans ces bâtiments où règne la finance mondiale, environ 1000 milliards de dollars par an viennent achever leur cycle de blanchiment après des centaines d’étapes successives. Cheminement occulte depuis le sud de l’Italie, le Kosovo, la Russie, la Chine ou le Japon, le Mexique et la Colombie.
On estime à 1000 milliards par an l’argent qui passe à cet endroit de Londres. L’argent de la drogue, du crime, de la corruption politique, des trafics humains dont celui des réfugiés, y retrouve éclat et pureté. Le dollar qui s’échange ici est sans tache. Le sang du crime nettoyé, les milliers de morts effacés. La finance mondiale dont le siège est à Londres qui se situe à une encablure de l’attentat, ne peut pas se passer de cet argent du crime, comme elle ne peut pas se passer de l’argent des princes arabes qui financent aussi le terrorisme islamique.
Notre monde a un besoin vital de cet argent du crime qui le nourrit et le tue.
Alors un terrible raccourci s’effectue : quel est le lien entre cet attentat islamiste effectué au couteau, et l’argent des mafias indispensable à notre économie.
L’un peut-être permet de cacher l’autre et ainsi détourner nos regards.

François Baudin 

vendredi 17 mars 2017

80 morts sous les ordures en Ethiopie


Ces êtres humains ne sont pas morts sous les coups d’un attentat, suite à un acte terroriste commis par on ne sait quel groupe fanatique et meurtrier. Attentat que l’humanité tout entière condamne le cœur sur la main et que les Grandes puissances combattent ou font semblant de combattre. Attentats dont en Occident on nous rebat les oreilles alors que la responsabilité historique déterminante de cette situation délétère se trouve ici, dans nos pays riches.

Non il s’agit plus simplement de femmes, et surtout d’enfants vivants sur une immense décharge africaine dans la banlieue d’Addis-Abeba. Cette montagne de déchets s’appelle « Koshe » ce qui signifie « saleté »  dans la langue locale. Ces gens, et ils sont des milliers, vivent dans une région qu’on appelle « saleté ». Et « Saleté » n’est pas le meilleur des mondes.

Que s’est-il passé à « Saleté » cette semaine ? Dans la soirée du 11 mars, une gigantesque avalanche d’ordures dévale comme d’une montagne qui s’écroule sur elle-même, sur les gens qui habitent là toute l’année pour tenter de survivre.
Ces gens trouvent sur les pentes de « Koshe » leur fortune, de quoi manger, s’habiller, dormir, même y faire leur toilette. De quoi rester un être humain et persévérer dans son existence.

Vies ordinaires pour un grand nombre d’Africains. Vies ordinaires pour des millions et des millions d’êtres humains. Vies qui ne comptent pas, ou alors pas beaucoup. On pourrait écrire qui ne comptent pour rien. Qui ne n’existent pas dans les décomptes du PIB mondial. Qui ne servent à rien. Des hommes qui n’ont pas les moyens de consommer, doivent-ils exister alors qu’ils ne contribuent en rien à la croissance mondialisée ?
D’ailleurs on a très peu parlé de cette catastrophe, à peine 10 secondes dans les médias occidentaux.
C’est un accident, un fait divers. Rien à voir avec la politique, la stratégie militaire, la reprise par les armes de zones qu’on ne contrôle plus. Non rien de tel.

Il s’est passé quelque chose à Addis-Abeba qui ne signifie rien pour le monde.
D’ailleurs le monde tel qu’il va, tel qu’il est et tel qu’il continue d’aller peut très bien sa passer de ces gens, qui sont comme en trop sur la planète.
Ont-ils même le droit de vivre ? On peut en douter en observant la manière de les traiter.
Ces Africains d’Addis-Abeba sont ce qu’on avait nommé les Damnés de la terre. Ceux qui n’ont rien, juste leur vie. En France un presque ancien président de la République les avait nommé les sans-dents, on peut aussi les appeler les sans papier, les sans travail, les sans abris, les sans le sou, les sans éducation, les sans quelque chose. En France ils vivent à Calais, dans ce qu’on appelle une jungle, donc dans un lieu qui n’est déjà plus humain, ou bien ils vivent dans les zones périphériques de nos villes, dans des campements où même survivre est difficile.

Notre humanité produit aujourd’hui massivement des hommes qui vivent sur nos déchets. Une humanité à qui on ne reconnaît même pas le droit de vivre.

Alors soudain je me souviens de ce couplet du chant de l’International composé par un Communard de 1871 : « Nous ne sommes rien soyons tout ». Voilà ce que chantaient ceux qui croyaient en un monde nouveau, de justice. Un monde fraternel où le mot égalité devait revêtir tout son sens.

Une dernière question : pourquoi ceux qui n’ont rien doivent-ils être ceux qui méritent toute notre attention ?
Parce que justement ils sont la figure générique de l’humanité, à qui on refuse le minimum de droit. Parce qu’ils n’ayant aucun privilège, aucune propriété, aucun avantage, ils ne peuvent représenter qu’eux mêmes, leur humanité. Si l’idée des droits de l’homme a un sens, c’est là qu’elle doit être trouvée, et entendue.
François Baudin


jeudi 16 mars 2017

Survivre ou vivre d'Etienne Thévenin



ETIENNE THÉVENIN




Survivre ou vivre ?

Santé et société en Europe
de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

L'espérance de vie à la naissance a presque triplé en France comme en Europe depuis la fin du dix-huitième siècle. Cette mutation majeure a des répercussions considérables sur la vie des individus, des familles et des sociétés et sur leurs rapports avec la vie, la mort, les projets d’avenir. Les « révolutions médicales » se sont succédées, mais les progrès médicaux et techniques n’expliquent pas à eux seuls ce bouleversement. Le meilleur accès aux soins, rendu possible par la mise au point de puissants systèmes de sécurité sociale, a joué un rôle déterminant dans cette évolution. L'environnement sanitaire, climatique, politique, institutionnel, économique, éducatif, culturel, religieux et social doit être pris en compte dans le cadre d’une véritable étude d’écologie humaine. Les évolutions ont en effet suivi des rythmes différents selon les pays, les régions et les groupes sociaux.
Survivre ou vivre ? Le souhait d’une longue vie n’est pas la seule aspiration. La personne humaine souhaite aussi se libérer de la souffrance, de la douleur et s’épanouir dans toutes les dimensions de son être. Vivre, c’est plus que survivre. 



Etienne Thévenin est agrégé, docteur en histoire et habilité à diriger des recherches. Il enseigne l’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine (Nancy)
Il a publié de nombreux ouvrages historiques.


BON DE COMMANDE

Kairos
33, rue Ludovic Beauchet
Nancy 54000
Kairos-nancy@laposte.net


Veuillez expédier……exemplaire(s) du livre
Survivre ou vivre ?
De Etienne Thévenin
(20 € l’exemplaire + 5 € de frais d'envoi)

à l’adresse suivante :

NOM et Prénom…………………………………………
Rue………………………………………….N°………..
Ville………………………………………………………
Code Postal……………
E-mail………………………………………

Paiement joint à la commande.
Chèque bancaire à l’ordre de : Kairos-association




jeudi 9 mars 2017

Le temps des inégalités


Le 8 mars dernier a eu lieu la journée internationale du droit des femmes. C’est ainsi qu’officiellement une fois par an depuis 1977, les médias consacrent une partie de leurs informations à la situation des femmes dans le monde. C’est l’occasion de faire des bilans, fêter des victoires, rappeler des acquis, manifester, revendiquer  des droits et des conditions de vie égalitaires entre les hommes et les femmes.
A toutes forces nous devons rappeler que l’asservissement des femmes n’est pas une donnée naturelle, mais le produit de rapports sociaux, le produit d’une situation économique qui peut être modifiée, le produit de mentalités et de cultures qui doivent être combattus.

On pourrait penser qu’en France cette question de l’inégalité sociale des femmes ne se pose plus. Qu’elle a été résolue depuis longtemps. Les droits politiques des femmes sont des acquis de longue date. L’égalité citoyenne entre hommes et femmes devrait entraîner une égalité économique. En fait non, et on apprend par exemple que la France se trouve derrière l’Angola, au 134e rang mondial sur 144 pour l’égalité des rémunérations, selon un rapport du Forum économique mondial. Oui vous avez bien lu, la France est parmi les 10 dernières dans le monde sur l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes pour un travail similaire.

Alors immédiatement, on est obligé de faire un lien entre cette situation et la campagne électorale présidentielle que nous vivons actuellement depuis des semaines. Jamais aucune élection n’a été aussi éloignée des préoccupations réelles des Français et des Françaises.

Nous assistons à un rapt opéré par un candidat sur la campagne pour se défendre devant des médias contre une justice qui l’accuse d’être malhonnête. Cette triste affaire qui nous écœure ; elle occupe depuis des semaines et des semaines le devant de la scène ; elle vient littéralement boucher l’horizon. Et tout se passe comme si la seule préoccupation était de savoir si la femme de cet homme a véritablement travaillé au cours des dernières décennies en échange d’un haut salaire payé sur des fonds publics dont précisément le mari en question avait la responsabilité.

Mais les problèmes en France restent et quasiment aucun candidat n’en parle : par exemple la question des inégalités sociales et économiques de plus en plus grandes, dont celle justement entre les hommes et les femmes, mais aussi entre ceux qui ont du travail et ceux qui en cherchent, entre ceux qui ont un logement décent et les autres qui habitent dans des quartiers de relégation, inégalité entre ceux qu’on nomme « minorité visible » et ceux qu’on appelle « Français de souche ». Inégalité entre une minorité de plus en plus riches et une masse d’exclus, de laissés pour compte de plus en plus nombreux.
10 millions de Français, nous dit-on, campent aux portes de la société, sans qu’on les voie, sans qu’on y pense une seconde. La plupart de ces abandonnés, lors du prochain rendez-vous électoral, ne se déplaceront pas  vers les bureaux de vote. Ce sont les sans voix, les sans dents, les sans papiers, les sans logements, les sans travail, les sans quelque chose.

Le système économique libéral dominant fondé sur la propriété privée produit de terribles inégalités que plus personnes semblent remettre en cause. La crise économique, la misère qui se répand dans toutes les sociétés, accompagnée de conflits permanents, de violence, d’émigration économique et politique massive, est la réalité du monde d’aujourd’hui.

La question de la justice sociale et de l’inégalité inhérente au système économique actuel produisant tant de misère n’est plus posée dans nos sociétés, sauf parfois en terme d’égalité des chances qui en fait ne remet pas en cause l’inégalité structurelle de notre société, mais seulement l’équité et l’égalité des droits face à des discriminations. Ainsi la question des discriminations et du racisme se substitue à la question sociale.

Il est impératif que la question sociale, comme celle de nos structures économiques soient reposées. La campagne électorale pour l’élection du président de la république devrait normalement en être l’occasion.
François Baudin